منتدى مجموعة مدارس أنفا (محمد بنيس)

منتدى للتواصل التربوي الهادف
 
الرئيسيةالبوابةاليوميةالتسجيلدخول

شاطر | 
 

 L’abandon scolaire

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
العاقل اسماعيل



عدد المساهمات : 11
تاريخ التسجيل : 11/12/2009

17122009
مُساهمةL’abandon scolaire

L’abandon scolaire est un problème sans frontières qui affecte plusieurs sociétés et communautés dans le monde entier. Ses effets peuvent être très graves, contribuant à l’analphabétisme répandu, au chômage, au crime et au gaspillage des ressources publiques des états. En fait, la prolifération de l’abandon scolaire a des implications directes pour la performance économique d’une société, avec un important effet sur le PIB et sur l’augmentation des salaires. L’importance de ce problème exige certainement une attention particulière. Une meilleure compréhension des causes et des conséquences de ce phénomène peut nous aider à produire des idées et des solutions potentielles. Cet article a pour objectif de traiter la problématique de l’abandon scolaire d’abord au niveau du Maghreb. Deuxièmement au niveau du Maroc, avant de se concentrer sur l’analyse de l’abandon scolaire au sein de la communauté, du quartier Bir Chifae, un quartier populaire de la ville de Tanger. Cette analyse servira à démontrer les dimensions du problème, et les raisons majeurs de l’abandon scolaire. Nous conclurons en faisant des suggestions adressées aux jeunes du Maroc et de la région arabe en général sur la façon d’aborder ce phénomène.

L’ampleur du problème

Selon une recherche de l’UNESCO (L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) de l’année 2004 le taux d’abandon scolaire au Maroc est parmi le plus haut dans tous les pays Arabes et il est classé second en se limitant à l’ensemble des pays du Maghreb, après le taux de la Mauritanie. Le tableau ci-dessus montre que le taux d’abandon scolaire est étroitement lié avec le PIB (produit intérieur brut) par capita des pays du Maghreb. En conséquence, la Tunisie et l’Algérie, caractérisées par des économies plus fortes, avec un PIB par capita majeur de 5000 euro, ont un taux d’abandon scolaire de 2-3% au cinquième année de l’école primaire, contre le Maroc et la Mauritanie avec un PIB de, respectivement, 3350 euro et de 1750 euro, qui ont un taux d’abandon scolaire au cinquième année de l’école primaire de 6% et de 22%. Pourtant, pendant les dernières années, le Maroc a obtenu des résultats très encourageants en termes de taux de scolarisation et de l’égalité entre filles et garçons. Par exemple, selon une recherche réalisée par le Ministère de l’Education National de l’enseignement supérieure, de la formation des cadres et de la recherche scientifique en collaboration avec UNICEF (Fonds des Nations unies pour l’enfance) le ratio filles/garçons qui abandonnent l’école a régressé de 12 points de pourcentage entre 1997/98 et 2002/03 au niveau national et, de 22 points en milieu rural. Malgré les succès obtenus, il reste beaucoup à faire pour améliorer la rétention des élèves au Maroc. Sur la base des statistiques du Ministère de l’Education Nationale à la fin de 2004, sur 1000 élèves inscrits pour la première fois en première année du primaire, 620 arrivent à atteindre la 6ème année et 380 quittent les bancs de l’école avant ce niveau. Un taux d’abandon si grand coût cher pour le gouvernement et le pays de Maroc. Un rapport sur Alphabétisation et l’Education non Formelle pour le 2005-2006 réalisé par le Secrétariat d’Etat chargé de l’Alphabétisation et Education non Formelle a estimé que le manque à gagner dû à la non scolarisation d’une partie des jeunes enfants de Maroc réduit la croissance du PIB de 1% et l’augmentation des salaires de 12% par année de scolarité perdue en primaire.

En général, le milieu rural est plus touché que l’urbain. Pourtant, au milieu urbain, il y a des niches ou l’abandon scolaire est très important. Dans les quartiers populaires ou le statut socio-économique des habitants est très faible, et les écoles sont défiantes, le phénomène de l’abandon scolaire est plus élevé par rapport aux autres quartiers. L’exemple c’est le quartier Bir Chifa à Tanger.Pour l’année scolaire 2002/2003, le taux d’abandon scolaire à l’école Chifa III était de 2,62%, le deuxième plus élevé dans l’échantillon considéré, de 24 écoles sélectionnées dans plusieurs quartier de Tanger. La plupart des enfants qui cesse l’éducation viennent du bidonville du quartier. Quelles sont les causes de l’abandon scolaire ? Le phénomène d’abandon scolaire est très complexe. Par conséquent, il très difficile d’identifier exactement ses causes et élaborer une liste exhaustive des raisons qui amènent les enfants à quitter l’école. M. Chedati, consultant de l’UNICEF (Fonds des Nations unies pour l’enfance), a dit « Quand on observe l’existence d’un facteur caractérisant un grand nombre d’élèves qui ont abandonné les études, il ne s’agit pas nécessairement d’un lien de causalité entre ce facteur et le fait d’abandonner. ». La recherche réalisée par l’UNICEF au Maroc dans l’année 2004 a identifié les principales causes d’abandon scolaire, et les a regroupé dans deux catégories : les causes extra scolaires et les causes intra scolaires.
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
مُشاطرة هذه المقالة على: Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

L’abandon scolaire :: تعاليق

لا يوجد حالياً أي تعليق
 

L’abandon scolaire

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 

صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتدى مجموعة مدارس أنفا (محمد بنيس) :: مادة الفرنسية :: السنة الأولى ثانوي إعدادي :: دروس و ملخصات-
انتقل الى: