منتدى مجموعة مدارس أنفا (محمد بنيس)

منتدى للتواصل التربوي الهادف
 
الرئيسيةالبوابةاليوميةالتسجيلدخول

شاطر | 
 

 SEGA le fameux sega...oh oui

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
othmane filali benaceur



عدد المساهمات : 48
تاريخ التسجيل : 14/09/2010
العمر : 18
الموقع : http://toutetpoint.xooit.fr

مُساهمةموضوع: SEGA le fameux sega...oh oui   الثلاثاء أكتوبر 12, 2010 2:40 am

Vous connaissez tous mon attachement pour la firme au hérisson. Il était temps pour moi de faire un dossier sur son histoire et faire partager à tous ma passion de cette grande firme : SEGA.


Le dernier samourai :



Contrairement à ce que beaucoup pense, l'histoire de l'entreprise ne commence pas au japon mais aux états Unis. Trois hommes Martin Bromley, Irving Bromberg et James Humpet forment la « Service Games », une société spécialisée dans les machines à sous, flippers et juke box, dans les années 50. L'entreprise se porte plutôt bien mais décide de transférer ses activités à Tokyo (principalement dans les casernes américaines du pays).

Après un succès fulgurant sur le territoire nippon, ces trois compères lancent une usine de fabrication en 1960 et deviennent l'une des trois plus grandes entreprises de divertissement japonaises. C'est dans cet esprit qu'ils fusionnent en 1965 avec Rosen Enterprises Inc., une entreprise de Photomaton crée par David Rosen. Cette nouvelle société devient alors SEGA (pour Service Games).



Sous l'impulsion de ce nouveau partenariat et l'hégémonie de David Rosen, SEGA crée son tout premier jeu : « Périscope », dans lequel on prend le contrôle d'un sous marin pour lancer des torpilles. Le succès est au rendez vous, au point de le voir sortir des contrées du japon.




Un nouveau partenaire entre dans le jeu en la personne de Gulf and Western Industries. Toujours sous la houlette de David Rosen, cette nouvelle branche se lance à corps perdu dans les jeux d'arcade.

Voici donc en quelques lignes comme un Américain a crée une société au japon qui a su avec le temps devenir l'une des plus importantes de l'industrie du jeu vidéo, en ayant même paradoxalement l'image d'une culture japonaise et de racines bien nippones.


Un nouvel ère : celle des consoles



Alors que SEGA se consacre principalement aux jeux d'arcade avec des titres comme The Fonz (eh oui un jeu tiré de la fameuse série télé) en 1976, ou Space Attack en 1977, de nouvelles machines commencent à voir le jour : les consoles de jeu.






Obsolètes, elles ont toutefois un succès énorme. La toute première la TV Tennis electrotennis (1975) consistait principalement à jouer à un clône de Pong, s'en suivi une ribambelle d'autres machines dont la toute première console de Nintendo en 1977 : la color TV Game 6.

Toujours à la pointe de l'arcade avec des jeux de plus en plus impressionnant techniquement et certaines séries qui ont perduré sur consoles (wonderboy, flicky), SEGA met du temps à se lancer dans la course des machines de salon.

Ce n'est qu'en 1981 que SEGA se décide à sortir sa toute première console de jeu : la SG 1000 Mark I. Machine possédant d'origine une centaine de jeux tous inspirés des titres de l'époque (pong et consors), SEGA fait un carton au japon et décide de continuer l'aventure console de salon en succédant les machines. Il y eu le SC 3000, copie du la SG 1000 mais en format micro-ordinateur, la SK 1100 toujours basée sur le modèle de la SG1000 mais avec un clavier pour d'autres applications.


En 1983 apparait la SG Mark II, relooking de la SG 1000 avec deux manettes et quelques options.

Devant l'effondrement de certaines marques de consoles, SEGA trouve une alliance de poids, un investisseur japonais nommé Nakayama Hayao. Un nom important dans l'histoire de la firme car il deviendra dès lors le PDG de SEGA au japon, laissant la place de dirigeant à David Rosen pour la branche américaine.




C'est cette même année qu'apparaît la fameuse SG Mark III, qui n'est autre que l'ancêtre de la master system. Basé quasiment sur la même architecture, elle représentait une avancée importante dans le domaine des consoles de salon. Exit les vieux sprites monochrome ou à deux couleurs. Ici commençait enfin des jeux avec musiques, sprites en plus grand nombre, 16 couleurs affichables, etc......

C'est à cette époque que certains talents arrivent dans l'équipe de SEGA, comme YU SUZUKI (hang on, daytona USA, Shenmue, etc.....).






L'avènement des consoles 8 bits :




Alors que l'arcade cartonne pour SEGA avec des titres comme Alteread Beast, Shinobi, Alex Kidd et tant d'autres, SEGA se lance en bourse en 1986, année de lancement de la Master System.




Bien décidé à offrir aux joueurs consoles leur expérience de jeux d'arcade, SEGA se lance clairement dans la conquête du marché face à une NES déjà bien présente. Leur credo est simple : offrir des jeux plus « adultes » en se servant de leur licence existantes sur bornes. Une philosophie qui restera leur ligne de conduite tout au long de leur histoire.

Grâce à la branche SEGA of America et SEGA Japon, la master system est leur première console a être commercialisé dans le monde. Ils créeront pour la circonstance une branche Sega Of Europe.

Je ne vais pas revenir sur les caractéristiques techniques de la console, il me semble qu'un dossier en parle (si ce n'est pas le cas je m'en chargerais sûrement prochainement ). Pour résumer cette console avec port cartouche était techniquement supérieur à la NES sorti plus tôt. Plus de couleurs, plus de sprites, meilleur processeur sonore, la console de SEGA avait tout pour s'imposer.

Malheureusement sa sortie tardive l'empêcha de concurrencer la NES déjà trop implantée. Si elle connue un succès d'estime au japon, elle fût un échec total aux USA et un demi succès en Europe.

Certaines séries phares de l'arcade seront développées sur master system, voir même crées. Parmi ses grands jeux on peut citer Shinobi, out run, Alex Kidd, Wonderboy ou Hang On.







L'ère des 16 bits :




C'est en connaissance de cause que SEGA décide de prendre son rival à contre pieds en sortant en 1988 une console surpuissante basée sur son modèle Système 16 de l'arcade : La megadrive. Celle-ci sera commercialisée sous le nom de Genesis aux USA en 1989 et megadrive en europe en 1990.




SEGA s'engouffre dans le créneau « jeu adulte » en conférant à sa machine 16 bits un look agressif. Et le moins que l'on puisse dire c'est que ça marche. Elle fera ses meilleures ventes aux USA en ne laissant que peu de place pour sa future rivale : la SNES.

Imposant des graphismes beaucoup plus aboutis qu'une master system et se rapprochant de l'arcade graphiquement, SEGA inonde le marché de ses licences. Alteread Beast, Out Run, After Burner, Alien Storm ou Thunderforce n'en sont que quelques exemples.

Nintendo ne se laisse pas faire pour autant en offrant au public la super nintendo, console un peu plus puissante que la megadrive mais surtout disposant de quelques effets inédits (mode 7, zoom) et surtout de la notoriété de la NES.

Difficile de lutter pour SEGA qui ne baisse pas pavillon et comprend qu'il lui faut une mascotte, là où Nintendo a Mario. Sonic fait son apparition et mets tout le monde d'accord. Bien plus viril que le plombier moustachu (bon ok je m'emballe), Sonic montre une fois de plus la volonté de SEGA d'offrir des jeux différents de nintendo basé sur la vitesse et la maturité.

Parallèlement à la commercialisation de la megadrive, SEGA fait une petite cure de jouvence à sa console 8 bits et sort la Master System 2 (1991). Plus petite, plus inspirée de la megadrive niveau design, elle sera vendue à un prix beaucoup plus attractif.




A noter qu'en 1990 SEGA lance également une version informatique de la megadrive connue sous le nom de Terradrive, produit conjointement avec IBM. Il permettait surtout d'avoir une meilleure résolution pour les jeux et les avantages d'un PC.





Enfin cette année 1991 voit la naissance de la Gamegear, console portable basée sur l'architecture de la mastersystem, censée rivaliser avec la gameboy. Affichant la couleur face à un monochrome de chez nintendo, son prix, son autonomie et sa ludothèque moyenne auront du mal à percer face à une gameboy redoutable. Même l'accessoire permettant de faire tourner les jeux master system ne réussira pas à convaincre. Elle reste cependant la seule véritable console à avoir pu rivaliser avec le monstre de Nintendo.




Tentant toujours de prendre de l'avance au niveau technologique, SEGA lance en 1992 son megacd. Apportant un côté high tech permettant aux jeux d'afficher des dessins animés, films et bande son qualité CD, ainsi que d'améliorer les capacités de la megadrive, cet ustensile n'aura pas le succès escompté, la faute à un prix trop important et une ludothèque qui ne se développe pas assez.




Fleurissent dès lors tout un tas de consoles relookées ou combinaisons de machines afin d'enrichir l'offre 16 bits de la marque. On trouvera la megadrive 2 (plus petite et moins chère mais moins robuste), le mega CD 2, le wondermega (incluant la megadrive et le megacd), le multimega (servant aussi de walkman CD) ou le MegaJet (une console transportable car plus petite).




La 3D faisant petit à petit son apparition, SEGA booste sa 16 bits avec le 32X en 1994, un accessoire permettant à cette bonne vieille megadrive de faire des jeux avec de la 3D. Bide monumental, il sonnera le glas des expériences sur megadrive.





Parmi les grands hits de la megadrive, on ne peut oublier les sonic, wonderboy, thunderforce, phantasy star, etc..... De grandes licences qui encore aujourd'hui parviennent à me scotcher devant mon écran.






Et l'arcade dans tout ça ?




SEGA n'abandonne pas sa branche arcade qui ne finit pas de nous sortir des hits en puissance. Véritable vitrine technologique à l'époque, la firme lance en 1991 le système 32, carte permettant d'offrir des graphismes 2D incomparables (Alien 3, Jurassic Park, Golden Axe the revenge of Death Adder).

Le plus incroyable c'est qu'au final SEGA ne se battait pas que sur un seul front. Sur les consoles de salon il s'opposait à Nintendo, comme pour les consoles portables (les autres marques ne faisant pas le poids), et en arcade c'est contre Namco et en moindre mesure à Capcom qu'une guerre impitoyable faisait rage.

Autre géant de l'arcade Namco réussit à prendre de revers SEGA en sortant son système 21 réussissant à utiliser la 3D. La riposte de SEGA arrivera en 1992 avec le Modèle 1. Première carte d'une série qui perdure encore aujourd'hui. Arrive donc Virtua Fighter ou Virtua Racing entre autre.

1993 Namco sort le système 22 pour offrir Ridge Racer. Véritable claque graphique à l'époque, SEGA sort son modèle 2 accueillant les monstres Daytona USA ou Virtua Fighter 2.

Le succès grandissant de SEGA dans le monde de l'arcade lui permet de créer d'immenses salles d'arcade dédiées à la marque. On y trouvait également les bornes concurrentes mais s'agissant de salles estampillées SEGA, la firme récupérait donc une partie des recettes (malin ). Un parc d'attraction exclusif au japon verra même le jour.

En 1996 sort le fameux modèle 3 qui accueillera des jeux tels que SEGA Rally 2, Scud Race ou Virtua Fighter 3.






L'ère des 32 bits :




Alors que le 32X est un échec commercial et que la megadrive est en fin de vie, certains nouveaux constructeurs entrent déjà dans l'ère des 32 bits en offrant l'amiga CD 32 ou la 3DO. Certains iront même jusqu'à affirmer aller au 64 bits comme la Jaguar.

Sentant l'arrivée prochaine de Nintendo sur les nouvelles plateformes et celle moins redouté à l'époque de Sony, SEGA lance en 1995 la Saturn. Console 32 bits sur support CD, mais bénéficiant d'un port cartouche essentiellement destiné à la sauvegarde des jeux, SEGA profite de son avance pour encore une fois montrer qu'ils sont à la pointe de la technologie.




Là où SEGA commettra une grosse erreur est de fournir une console surtout conçue pour les jeux 2D. Véritable déesse dans ce domaine (et donc une console quasi parfaite à mes yeux ), elle souffre cependant de grosses difficultés de programmations dès qu'il s'agit de faire des jeux 3D. Il faudra longtemps aux éditeurs pour prouver qu'elle pouvait faire aussi bien que ses concurrentes. Malheureusement peu de jeux en seront la preuve flagrante.





La playstation de sony est finalement redoutable et impose sa domination dans le monde. SEGA ne réalise pas les ventes espérées, les éditeurs de jeux préférant se tourner vers une machine dédiée à la 3D et plus facile à programmer. Même Nintendo en sortant sa N64 subira l'écrasement de Sony.

Malgré tout, cette machine reste pour beaucoup (et pour moi) l'une des meilleures consoles de SEGA. Avec son catalogue immense dans sa version japonaise, elles offrent les plus jeux 2D avec la neo geo.

Les conversions arcade pleuvent sur saturn (virtua fighter, sega rally, daytona usa, etc.....) et de nouvelles licences fortes apparaissent (panzer dragoon), ainsi que des suites de jeux megadrive tant attendu (shining force, thunder force par exemple).

En 1995 SEGA of America sort sur le sol US uniquement la NOMAD, console portable basée sur la megadrive, disposant d'un port cartouche qui permet de mettre n'importe quel jeu megadrive. Une console hors de prix mais au combien magnifique, qui ne fera malheureusement jamais l'unanimité la faute au prix et à l'autonomie réduite. Et en 1997 apparaît également uniquement sur le salon Ricain la Genesis 3. Console au combien rarissime, elle n'est qu'une version « light » de la megadrive et vendue à un prix défiant toute concurrence.





L'ère des 128 bits, le début de la fin :




Financièrement affaibli à cause de la saturn mais disposant de reins solides grâce à l'arcade, un nouvel homme prend la tête de SEGA en la personne de Shoichiro Irimajiri. Cet homme va lancer la nouvelle génération de consoles en implantant avant tout le monde sa vision des choses : la dreamcast.






Cette fois SEGA avait retenu les leçons du passé. Ils offrent aux fans une console facile à programmer, disposant d'une puissance remarquable pour la 3D mais aussi la 2D. Ils ouvrent également la voie du jeu on line en créant leurs réseaux. Tout avait été pensé pour les joueurs, même son prix abordable en est la preuve.

Avec plus d'un an d'avance sur sony qui ne sortira que tardivement sa ps2 et nintendo qui ne semble plus jouer dans la course à la technologie, SEGA réussi à implanter sa console et démontrer tout son potentiel. Malheureusement sony avait réussi le tour de force de fidéliser ses joueurs et tous attendaient avec impatience la playstation 2.

En 2000, c'est Isao Okawa qui prend les reines de SEGA alors que la playstation 2 commence à faire des ravages.

Nintendo ayant sorti sa gamecube, console moins performante techniquement mais surtout très abouti niveau design, ergonomie et disposant de titres percutants, SEGA commence à sentir le vent tourner une fois de plus.

Malgré les déluges d'inventivité dont la dreamcast fait preuve, les grands hits dont elle dispose et la possibilité de jouer on line, SEGA commence à souffrir économiquement. Les investissements énormes concédés pour la dreamcast, la mise en place de réseau internet et la concurrence explosive de la ps2 pèsent trop lourd pour la firme. Sans compter l'annonce de microsoft de rentrer dans la bataille.





Autant d'élément qui oblige SEGA a rendre les armes en 2001 au grand désespoir de millions de fans. Dorénavant SEGA allait se consacrer exclusivement aux productions arcades, au développement de jeux sur tout support et à l'édition.

Malgré tout la dreamcast reste en vie grâce à l'effort de passionnés et encore aujourd'hui des jeux sortent sur ce support.

Hideki Sato prend la relève suite au décès de Isao Okawa milieu 2001. En 2003 c'est le patron de l’AM3, Hisao Oguchi qui prend la tête de la société.

L'arcade subissant les difficultés que l'on connaît, et SEGA ayant de la peine à trouver sa voix en tant que développeur et éditeur, la société est prise sous la tutelle de Sammy. Hajime Satomi, PDG de Sammy prend la tête de SEGA en 2004.



Et aujourd'hui ?




Si je ne me pousserais pas dans l'analyse de l'échec de SEGA dans le marché des consoles (j'espère qu'on le fera à la suite de ce dossier ), on peut dire que SEGA a toujours su être en avance sur son temps. La firme a su garder sa ligne de conduite depuis le premier jour, à savoir proposer des jeux funs issus de l'arcade, des jeux souvent plus mûr que la concurrence, ou savoir innover dans tous les domaines (cell shading, shenmue, etc... ).

Si après des débuts laborieux à sortir ses licences sur d'autres plateformes, SEGA a su petit à petit rebondir en offrant de nouveaux jeux qui perdurent aujourd'hui. Que ce soit sur playstation avec sa série Yakusa, sur les consoles de nintendo avec les différents Sonic, ou sur xbox avec des titres comme Panzer Dragoon, SEGA a commencé à se faire une place. Force est de constater que malgré de nombreuses déceptions, aujourd'hui SEGA est sur tous les fronts. Il suffit de voir le dernier Tokyo Games Show où 6 des 10 meilleurs jeux du salon sont estampillés SEGA. La preuve d'un renouveau.






Alors oui, aujourd'hui beaucoup espèrent voir SEGA revenir sur le front des consoles de jeux, oui beaucoup espèrent voir enfin certaines licences revenir sur le devant de la scène (shenmue, Skies of Arcadia, Jet set radio, etc....). Il faut garder espoir, je crois en SEGA qui reste une force vive dans l'esprit des joueurs, là où Nintendo tendrait à perdre un peu de sa superbe auprès des fans et où Sony éprouve les premières difficultés de sa carrière vidéo ludique.

Voilà, j'espère que ce petit tour d'horizon de l'histoire de SEGA vous aura éclairci sur certains points et que je n'ai pas trop raconté d'âneries. J'ai puisé beaucoup d'informations sur des magasines de l'époque ou sur internet, mais il se peut toujours que certaines infos soient erronés, n'hésitez pas à le signaler . A noter que je n'ai pas parlé de la multitude d'accessoires sortis sur les consoles. Je pense de toute façon qu'il y a encore beaucoup à dire sur le sujet....

Le débat est maintenant ouvert sur cette grande firme, son passé, son présent et son avenir.....
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://toutetpoint.xooit.fr
 
SEGA le fameux sega...oh oui
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتدى مجموعة مدارس أنفا (محمد بنيس) :: فضاء الإبداع و أنشطة المؤسسة :: فضاء الإبداع-
انتقل الى: