منتدى مجموعة مدارس أنفا (محمد بنيس)

منتدى للتواصل التربوي الهادف
 
الرئيسيةالبوابةاليوميةالتسجيلدخول

شاطر | 
 

 Ouvre un Coca-Cola, ouvre du malheur !

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
raji ali



عدد المساهمات : 5
تاريخ التسجيل : 16/09/2010

مُساهمةموضوع: Ouvre un Coca-Cola, ouvre du malheur !   الثلاثاء أكتوبر 19, 2010 11:15 am

Le Coca-Cola (Coke en Amérique du Nord et dans certains pays européens) est un soda. Le nom « Coca-Cola » est une marque commerciale américaine déposée en 1887. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, cette boisson originale est, dans l'imaginaire collectif, un symbole de l'américanisme[1]. Il tire son nom de sa première composition : la feuille de coca et l'utilisation de noix de kola, la boisson était alors préconisée par son inventeur, le pharmacien John Pemberton, comme remède contre les problèmes gastriques (notamment les maux d'estomac et la diarrhée). Elle n'était pas encore commercialisée dans la célèbre bouteille dont l'esthétique sera déposée en 1960.

Chaque jour, 1,5 milliard de bouteilles sont vendues dans le monde[2], pour un chiffre d'affaires de 29 milliards de dollars en 2007[3].

Ses principaux concurrents sur le marché mondial sont les sodas au cola des multi-nationales Pepsi-Cola et dans une moindre mesure Dr Pepper et Virgin Cola. Il existe de nombreux autres concurrents locaux selon les pays ou en produits libres dans les chaines de supermarchés, hypermarchés et superettes. D'autres colas sont fabriqués sur la base de la recette OpenCola, sous licence GPL[4]. On trouve aussi des altercolas.
L'origine de la boisson Coca Cola n'est pas due au hasard, contrairement à ce que l'entreprise Coca Cola inc souhaite faire croire au grand public, à un concours de circonstances heureuses. C'est plutôt l'aboutissement logique d'une suite d'évènements favorables à ce type de boisson.

À la fin de la Guerre de Sécession à laquelle il participe, John Pemberton est pharmacien à Columbus (Géorgie) et possède un petit laboratoire. En 1870, il s'installe à Atlanta, le marché étant plus important que celui de Columbus. Ses débuts dans la capitale de la Géorgie sont flamboyants au point qu'il crée la J.-S. Pemberton & Company en 1879.

La première recette ancêtre du Coca-Cola, le French Wine Coca, est inventée par John Pemberton en 1885. C'est une boisson alcoolisée à base de coca, de noix de kola et de damiana, Pemberton se serait inspiré de la recette du vin Mariani, un mélange de vin de Bordeaux et de feuille de coca créé par le chimiste corse Angelo Mariani en 1863. La vente du French Wine Coca se poursuivra jusqu'à la mort de Pemberton en 1888.

Le 25 novembre 1885, le maire d'Atlanta organise un référendum sur la question de l'interdiction de l'alcool dans la ville. Atlanta devient une ville « sèche » pour une période d'essai de deux ans durant lesquels la vente d'alcool est interdite. Ainsi, l'enjeu pour la jeune compagnie sera d'offrir une boisson sans alcool, tranchant avec les orangeades et procurant les effets du bourbon[5]. Pemberton va développer une version sans alcool de sa boisson, mais toujours avec la coca, son principal ingrédient actif, qui subsistera dans la recette jusqu'à la fin du 19e siècle.

Pemberton s'associe à Frank Robinson, un comptable de formation et surtout, un homme ambitieux[6]. Il le rencontre en présence de son associé Ed Holland en 1885. De cette association, naît officiellement la marque Coca-Cola, et la Pemberton Chemical Company. Frank Robinson est, pour certains, l'initiateur de la création du nom de la nouvelle boisson[7], de la calligraphie spencerienne de son logo et l'initiateur d'un recours massif à la publicité[8].

Le 6 juin 1887, Pemberton fait inscrire au registre du commerce la marque Coca-Cola, ce qui fait de lui l'unique propriétaire, et cela aux dépens de ses anciens associés. La même année, l'homme d'affaire Asa Griggs Candler achète Coca-Cola à Pemberton pour 2 300 dollars, profitant, avec Frank Robinson, de la maladie de Pemberton pour racheter de force[9]. Il va, à l'aide d'une campagne marketing intense, donner son essor à la boisson.

Officiellement Coca-Cola ne contient plus de cocaïne depuis 1903, mais après un contrôle surprise de la US Food, Drung and Insecticide sur le produit il s'avère qu'on en détecte encore des traces après 1929.[10]Des recherches scientifiques montrent qu'un verre de Coca-Cola en 1886 contenait environ neuf milligrammes de cocaïne[11].
Contrairement à la chronologie officielle de l'entreprise, Coca-Cola ne s'est pas implantée en 1933[12], mais en 1919[13]. Après la fin de la Première Guerre mondiale en 1918, les soldats américains mobilisés étaient en attente dans des camps de transit, avant qu'ils puissent embarquer vers les États-Unis. Un américain habitant la France, Raymond Linton, eut l'idée de vendre du Coca-Cola à ses compatriotes. Raymond Linton livre son témoignage sur les premières livraisons : Le premier envoi de Coca-Cola vers la France est arrivé à Bordeaux, au printemps 1919. Si les tonneaux pouvaient parler, je serais effrayé à l'idée de ce que des milliers de tonneaux de vin passant par le port auraient à dire à ces premiers tonneaux rouges, et nul doute que ces tonneaux rouges auraient également beaucoup de choses à dire [...] Les services de la douane n'avaient pas un tel produit sur leurs listes et ils refusaient de m'écouter quand je leur expliquais que ce n'était pas de l'extrait de coca. Ils furent même très surpris lorsque leurs chimistes fournirent les résultats des analyses[14]. Le succès des ventes aux soldats américains poussèrent Coca-Cola à s'implanter à Paris, le 11 juillet 1919.
Le Coca-Cola s'identifie à la célèbre « bouteille à contours », conçue en 1915 par Earl R. Dean[22]. Cependant, la bouteille à contours avec l'imprimé « Coca-Cola » n'est reconnue comme une propre marque commerciale par l'office américain des brevets qu'en 1960, bien qu'un brevet fut apparemment déposé en 1916[23].

La boisson et ses campagnes publicitaires ont eu un impact significatif sur la culture américaine. Une légende urbaine affirme que la société a créé l'image moderne du Père Noël sous les traits d'un vieil homme habillé en rouge et blanc, autrefois vert plutôt que rouge. Toutefois, si les campagnes publicitaires d'hiver dans les années 1930 ont repris cette image, le personnage était déjà connu auparavant[24]. Les campagnes publicitaires montrant des pin-up contributions d'artistes tels que Bradshaw Crandell ou Gil Elvgrenont aussi beaucoup contribué à la reconnaissance de la marque.

D'autre part, Coca-Cola a compris très tôt les retombées médiatiques qu'elle pouvait tirer des évènements sportifs. Elle est présente sur les Jeux olympiques depuis les Jeux olympiques d'été de 1928[25] (dont ceux de 1936 organisés par le IIIe Reich). Cette qualité de partenaire historique du mouvement olympique n'est sans doute pas innocente dans le choix de la ville d'Atlanta pour l'organisation des Jeux olympiques d'été de 1996. Coca-Cola est aujourd'hui partenaire des principaux événements sportifs (Jeux olympiques, Coupe du monde de football, Tour de France jusqu'aux années 2000...).

Dans les années 1980, Coca-Cola annonce la modification définitive de la formule utilisée pour la fabrication de sa boisson. L'origine de cette décision serait des tests en aveugle montrant que les gens préfèrent la boisson concurrente Pepsi. Le Pepsi utilise plus d'essence de citron, moins d'essence d'orange et la vanilline à la place de la vanille[réf. nécessaire]. Le nouveau Coca-Cola, nommé New Coke aux États-Unis, est testé en aveugle et se trouve préféré à la recette originelle[9].

Malgré ces tests concluants et une très grosse campagne publicitaire, la nouvelle recette est un fiasco commercial. Le 10 juillet 1985, la société relance l'ancienne formule sous le nom de Coca-Cola Classic (en fait, le Classic utilise du sucre de maïs au lieu du sucre de canne du Coca-Cola d'origine, mais cela ne doit pas en principe intervenir sur le goût du produit). Le résultat est surprenant : les ventes totales des deux Coca-Cola sont plus importantes.

Parce qu'une stratégie d'évolution de la formule du produit étalée sur le temps aurait probablement été plus efficace, certains[Qui ?] suspectent que la société a volontairement orchestré ces changements abrupts afin de présenter un nouveau produit qui revivifierait l'attrait pour la ligne classique. Le président de la Compagnie répondra : « Nous n'étions ni assez intelligents ni assez stupides pour cela ».
La formule du Coca-Cola actuel n'est pas communiquée par la firme (celle de Pemberton, ayant fait l'objet d'un brevet, est en revanche maintenant dans le domaine public… mais interdite de fabrication compte tenu de ses ingrédients).

La firme, depuis sa création, entretient soigneusement le mystère sur sa recette, celle-ci devenant un document sacré[26]. Sa composition fait l'objet d'un secret industriel, quasi militaire. Elle reposerait dans un coffre situé dans les sous-sols inviolables de la SunTrust Bank, établissement financier d'Atlanta, actionnaire historique de la Compagnie. Seuls deux ou trois employés, élus parmi les élus, en connaitraient la formulation exacte, entretenant ainsi à merveille la magie du breuvage[26]. La fiche officielle du produit annonce simplement de l'eau gazéifiée, du sucre, le colorant caramel E150d, de l'acide phosphorique comme acidifiant, des extraits végétaux et un arôme caféine[27].

Néanmoins d'après William Reymond (qui a écrit le livre Coca-Cola, L'enquête interdite[9]), on peut trouver sur Internet et dans son livre la recette de la boisson.

Il s'agit cependant là d'un secret ne concernant que le procédé de fabrication. En ce qui concerne les ingrédients, des chimistes en ont la liste parfaitement quantifiée depuis l'invention des techniques de chromatographie.

Sa saveur particulière provient principalement du mélange de sucre et des essences d'orange, citron et vanille. Les autres ingrédients (acide phosphorique…) interviendraient moins dans son goût.

L'acide phosphorique, incorporé au taux de 0,05 %, confère au Coca un pH de 2,3[réf. souhaitée]. Il faut savoir cependant que l'ingestion répétée d'acide phosphorique est connue en médecine pour entraver le fonctionnement des reins et favoriser les calculs rénaux. Des chercheurs américains ont interrogé 500 personnes pour lesquelles une insuffisance rénale avait été récemment diagnostiquée et ont constaté à partir de la description de leur régime alimentaire qu'à partir de deux verres de coca-cola par jour, le risque d'insuffisance rénale est multiplié par deux. Il en est de même avec le coca light. En revanche, aucune association n'a été trouvée avec les autres sodas, ce qui renforce la suspicion à l'encontre de l'acide phosphorique[28].

Chaque fabriquant sous licence de la boisson, reçoit le concentré dans de gros flacons et se contente d'y ajouter l'eau ; comme l'eau n'a pas tout à fait le même goût dans les différentes régions, celle ci est traité à l'aide d'une rampe à UV afin d'avoir un goût identique partout dans le monde. On peut trouver que celui du Coca-Cola varie entre différents pays, cela n'est du qu'a une différence de dosage dans les recettes, par exemple le coca cola en Espagne sera plus sucré qu'en France.
http://williamreymond.com/coca_cola
Quelques-uns des points forts du livre.

Les premières années
- A l’origine de Coca-Cola, un produit...français
- Pendant vingt ans, Coca-Cola compta sur la cocaïne pour séduire une partie de sa clientèle.
- L’étrange naissance de la Compagnie ( documents douteux, suicide et coups tordus)
- Koke, la réponse de l’inventeur du Coca-Cola afin de contrer son propre produit.

La guerre des colas
- TRD, l’arme secrète de Coke afin de contrer Pepsi
- Le New Coke, les véritables raisons du fiasco historique
- Comment Pepsi a convaincu Nixon et la CIA de se débarrasser d’Allende
- Comment, en une nuit, Coke a effacé cinquante ans de présence de Pepsi au Venezuela
- Comment Coca-Cola a gagné le combat contre “l’imitateur”.

L'ère de la mondialisation
- Chantage sur la soif : l’affaire des distributeurs à prix variables
- Comptant plus de filiales que l’Onu de membres, Coke développe le “tout local”
- Hégémonie et coups bas en Europe.
- A la conquête du monde arabe.
- Un seul concurrent, désormais en difficulté : l’eau
- Comment Coke est devenu un maître du monde.

Le problème français
- Les dessous politiques et économiques de l’achat raté d’Orangina
- Le coût financier pour les contribuables français d’une opération de séduction de Lionel Jospin.
- 1919-1933 : les années oubliées d’une des premières terres d’expansion de Coca-Cola.
- 1949, lorsque le PCF et les producteurs de vins s’attaquèrent à Coke.
- La réponse américaine, réseaux politiques, boycott et dollars.

1939-1945: Le grand secret
- Comment Coca-Cola entreprit de contourner le blocus de l’Allemagne nazie.
- 1940 : à Paris, Coca-Cola devient une boisson a prix réduite pour les troupes d’occupation.
- 1940-1945 : afin de ne pas hypothéquer son avenir, la Compagnie décide de rester en Europe.
- Comment, afin d’éviter les restrictions, Coke inventa Fanta pour désaltérer le III° Reich
- Comment Coca-Cola eut recours aux travailleurs forcés pour faire tourner ses usines
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
 
Ouvre un Coca-Cola, ouvre du malheur !
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتدى مجموعة مدارس أنفا (محمد بنيس) :: فضاء الإبداع و أنشطة المؤسسة :: فضاء الإبداع-
انتقل الى: